FAQ's

Ici, vous trouverez des réponses à vos questions sur l'ensemble des solutions Greiner Bio-One.

La "FAQ" a pour objectif de faciliter notre partenariat . Elle propose un ensemble de conseils axés sur les bonnes pratiques et  l’utilisation optimale de nos produits.

Votre recherche d’informations peut se faire soit via la barre de recherche soit en parcourant les différentes catégories proposées par le menu déroulant.  

La page « FAQ » fait l’objet de constantes mises à jour. Ainsi, elle s'enrichit de vos questions et des réponses de nos experts.

Si vous ne trouvez pas la réponse à votre question, n'hésitez pas à nous envoyer un email en utilisant le formulaire prévu à cet effet.

Par email, vous serez averti de la mise en ligne de la réponse à votre question ! 

Nous sommes ravis de pouvoir vous accompagner dans votre quotidien.

Aucune réponse trouvée!
Réponse:

Les tubes d'échantillons peuvent être transportés selon les réglementations : IATA / ADR, DRG. Les tubes résistent à une pression de 95kPa.

Réponse:

Les échantillons peuvent être identifiés directement sur l'étiquette du tube. Il y a aussi un marqueur d’inviolabilité sur chaque tube.

Réponse:

Lorsque deux tubes de transfert de salive sont utilisés, l'échantillon peut être séparé au moment de la collecte et verifié par le donneur. L’échantillon peut être divisé au moment de la collecte à l'aide de deux tubes transfert de salive. Quand le premier tube a été rempli, il suffit de le retirer du pot de recueil et d’insérer le second tube. Un aliquotage immédiat de l’échantillon peut se faire avec deux ou plusieurs tubes propres et non usagés. Tous les aliquots sont donc de qualité identique.

Réponse:

Non, une fois dans le tube de transfert, l'échantillon de salive est stabilisé par un additif contenu dans le tube. Le marqueur de la drogue recherché est alors "piégé" dans la solution.

Réponse:

Pendant l'étape de rinçage, les marqueurs des drogues recherchées seront "piégés" dans la solution. Une fois dans les tubes de transfert, l'échantillon de salive est stabilisée par un additif contenu dans le tube.

Réponse:

Les échantillons liquides par voie orale contiennent généralement des taux de concentration de drogues et de métabolites considérablement plus faibles que ceux contenus dans l'urine. Ces taux sont au moins dix fois plus faibles que dans l'urine et des méthodes sensibles doivent être validées pour permettre une détection fiable de la consommation récente de drogue.

Réponse:

La comparaison des résultats est limitée. Le rapport salive / sang diffère d’une drogue à l'autre. Il dépend de la propriété des liaisons chimiques des protéines de chaque drogue. Certaines drogues seront plus concentrées dans la salive que dans le sang.

Réponse:

Le laboratoire peut effectuer différents tests. La combinaison des résultats donne l'assurance que l’échantillon est conforme pour la réalisation des tests : volume total de l'échantillon (ml), la composition de la salive, cortisol et amylase salivaire. Le cortisol et l'amylase salivaire sont des substances endogènes sécrétées par différentes glandes.

Réponse:

Les échantillons recueillis avec le système de Greiner Bio-One Saliva Collection contiennent le colorant alimentaire « tartrazine » comme standard interne. 

Lors de l’utilisation du kit de quantification de la salive, l'étalon interne est déterminé par photométrie dans le laboratoire.

Les calibrateurs garantissent la détermination quantitative et spécifique  de la quantité de salive de l'échantillon. A l’issue, la quantité de salive dans l'échantillon est calculée.

Réponse:

Le prélèvement de l’échantillon salivaire se fait sous l’autorité de personnels compétents tout en respectant les droits individuels. Il faut s’assurer que le donneur n'a ni mangé et/ou bu durant les 10 minutes qui vont précéder le test. Toute falsification des tests par action sur le kit de dépistage est impossible. La dilution volontaire des échantillons peut être confirmée par la mesure de différents marqueurs biologiques.

Réponse:

Cela dépend de la méthode utilisée par les laboratoires. Les tests de dépistage donneront des résultats pour les drogues les plus courantes telles que les amphétamines, les méthamphétamines, les opiacés, la cocaïne, les benzodiazépines et le cannabis.

Réponse:

Le test salivaire permet d’identifier une consommation récente de drogue. Dans l'urine, ce dépistage pourrait être manqué car il repose sur le dépistage des métabolites des drogues et du métabolisme de l'individu. Cependant, comme avec l'urine, le temps de détection pour un dépistage salivaire est différent pour chaque drogue.

Réponse:

Le dépistage salivaire des drogues peut se faire environ 30 à 60 minutes après leur consommation. Ce délai court permet à la salive d’être une excellente matrice pour indiquer si un individu est sous l’emprise de drogue. Pour les tests urinaires, ce test nécessite 2 à 6 heures pour permettre sa détection après consommation.

Réponse:

Cela dépend de la méthode d'analyse. Pour la plupart des drogues, l’intervalle de temps pour permettre le dépistage salivaire est de 24 à 72 heures. Il en est de même pour le dépistage urinaire. Ce temps de dépistage salivaire varie en fonction des drogues consommées. 

Réponse:

Presque toutes les drogues qui peuvent être dépistées dans le sang peuvent également être dépistées dans la salive. 

Réponse:

Au cours du prélèvement de la salive, l'acide citrique maintient le pH acide. Certaines drogues sont « piégées » dans la solution acide puis stabilisées. Le pH acide permet également la diffusion des drogues basiques entre le sang et la salive.

Réponse:

Une secrétion faible de salive ou xérostomie sèche chez un donneur ne pose pas de problème lors du prélèvement. L'acide citrique contenu dans la solution d'extraction de salive stimule la sécrétion de la salive. Le laboratoire détermine ensuite la composition de la salive par photocolorimétrie.

Réponse:

Si le donneur se rince la bouche avec la solution d'extraction de salive pendant au moins deux minutes, comme indiqué dans le guide d’utilisation, alors la quantité sera suffisante pour réaliser les tests. La solution d'extraction de salive contient de l'acide citrique qui stimule la sécrétion de salive et rend le processus fiable.

Réponse:

En rinçant la bouche avec la solution colorée d'extraction de salive jaune (SES), la solution sera diluée donnant une coloration équivalente à la salive. Ce mix salive/solution SES sera mesuré, en laboratoire, par une technique photométrique. La quantité exacte de chaque analyte sera déterminée avec la composition de la salive.

Réponse:

Il est nécessaire de connaître la composition de la salive afin de pouvoir déterminer la concentration des substances à analyser. L’utilisation du système de prélèvement SALIVA Greiner Bio-One provoque une dilution individuelle de l'échantillon de salive recueilli lors du rinçage de la bouche par la solution d'extraction de salive. Ce phénomène modifie la concentration des substances à analyser.

La détermination photométrique de la quantité de salive permet la détermination précise et la quantification des analytes dans le volume initial. Cette analyse est importante pour les tests qui sont basés sur la détermination d’un cut off (positif/négatif) du dépistage des drogues. Il est également nécessaire pour la détermination d'autres paramètres (ex : hormones) qui donnent une indication de l'état de santé du patient.

Réponse:

La solution SES est entièrement  composée de substances de qualité alimentaire. La solution d'extraction de salive contient le colorant alimentaire jaune FD&C n°5 (tartrazine). Si cette solution est avalée, il n'y a aucun risque pour la santé.

Cependant, une réaction allergique à la FD&C jaune n°5 (tartrazine) peut se produire. Les personnes qui ne tolèrent pas l'aspirine et / ou l'acide benzoïque ainsi que les asthmatiques pourraient être affectés. L'utilisation est déconseillée si ces cas d'intolérance sont connus et déterminés par le donneur.

Réponse:

Il est important que le rinçage avec la solution soit effectué pendant 2 minutes, et ce, afin de recueillir suffisamment d'échantillon pour une analyse ultérieure.

Réponse:

Aucune nourriture ou boisson ne doivent être prises dans les 10 minutes qui  précèderont le prélèvement de salive.

Réponse:

Le système est conçu pour que le prélèvement d’échantillon puisse être réalisé par  les deux personnes dans le but d’une analyse chimique. Il est adapté pour un prélèvement salivaire dans le cadre d’un auto-test. Facile et sans risque, il peut être effectué par des professionnels de santé ou le donneur lui-même. Enfin, aucun local spécifique n’est  nécessaire.

Réponse:

Chaque dispositif Greiner Bio-One bénéficie d’un code GMDN et EDMA qui est déclaré à l'UE.

Réponse:

Code classification : 

- EDMA (European Diagnostic Manufacturers Association)

- GMDN (Global Medical Device Nomenclature)

Réponse:

Greiner Bio-One utilise HIBC sous la forme Datamatrix et le code EAN pour les codes à barre linéaires.

Réponse:

Pour les microplaques µclear 96 et 384 puits, l’épaisseur est de 190µm +/-10%.

Pour les microplaques µclear 1536 puits, l’épaisseur est de 75µm +/-10%.

Pour les microplaques UVstar, l’épaisseur est généralement de 135µm +/-10%.

Réponse:

Il n’est pas recommandé d’utiliser des plaques traitées culture cellulaire (microplaque traitée TC / gamme Cellstar). Le traitement culture cellulaire (TC) du polystyrène génère de nombreuses charges en surface avec une forte affinité pour tout type de protéine polaire. De plus, les fixations non spécifiques sur des microplaques pour culture cellulaire sont difficiles à contrôler. De plus, la capacité de nos produits immunologiques (MICROLON®) pour fixer les protéines de manière fiable et reproductible est constamment vérifiée dans notre laboratoire d'assurance de la qualité au moyen d'ELISA.

Réponse:

Les microplaques fabriquées à partir de polystyrène ne peuvent pas résister aux températures élevées de l'autoclave (la stabilité thermique du polystyrène = -20°C / + 60°C).

Les microplaques en polypropylène ont une plus grande résistance à la température (plage de température du polypropylène = -196°C à + 121°C).

 

Toutes les microplaques sont destinées à un usage unique et l’autoclavage est déconseillé car il peut influencer les dimensions physiques et tolérances des microplaques.

Cependant, la plupart de nos microplaques sont aussi disponibles en version stérile afin de s’affranchir de l’autoclavage.

Réponse:

Les microplaques blanches sont généralement utilisées pour les mesures de luminescence et les microplaques noires sont généralement utilisées pour des mesures de fluorescence. Les paramètres critiques pour ce type de méthode tels que le bruit de fond, l’autofluorescence ou le rayonnement de puits à puits, sont considérablement ameliorées par l’utilisation de microplaques pigmentées en noir ou blanc.

Réponse:

Les microplaques 96 puits sont disponibles en différents formats :

 

Fond V : Le V représente la forme conique effilée du fond du puits. Ces microplaques sont idéales pour les applications dans lesquelles le volume de l'échantillon doit être entièrement pipeté.

 

Fond U : Le U décrit la forme du fond rond. Le fond U des microplaques sont parfaitement adaptés pour les tests d'agglutination.

 

Fond F : Le F signifie le fond plat (Flat) des puits. Ce type de puits est idéal pour les mesures optiques précises. La source de lumière de mesure n’est pas déviée par le profil du puits.

Réponse:

Les plaques µclear ont un fond clair avec un film mince de polystyrène (190µm +/- 20µm pour les 96 et 384 puits et 75µm +/- 10µm pour les 1536 puits).

 

Généralement les µclear sont utilisées pour les essais cellulaires nécessitant un suivi microscopique de la croissance cellulaire. De plus, les microplaques µclear ont une sensibilité accrue jusqu’à 340 nm due à la réduction du bruit de fond pour les mesures en transmission.

Réponse:

Oui ! Pour la détermination de la concentration en ADN et protéine à 260 ou 280nm sans interférence du bruit de fond, les microplaques UVstar sont une alternative idéale aux cuvettes et microplaques en quartz qui sont chères.

 

Différents formats de microplaques UVstar sont disponibles :

 

- microplaque UVstar 96 puits standard (ref 655801)

- microplaque UVstar 96 demi-puits (ref 675801)

- microplaque UVstar 384 puits (ref 781801)

Réponse:

La microplaque ref 784080 est une microplaque 384 puits, blanche, « small volume », à fond solide, traitée pour culture cellulaire, stérile, avec couvercle. Cette plaque n’a pas de fond mince et transparent, c’est un fond solide. Les microplaques Small volume avec un fond mince et transparent (µclear) sont disponibles en format « Low Base »(= ref commençant par 788XXX), par exemple la référence 788093 = microplaque 384 puits, blanche, Small Volume, µclear, traitée culture cellulaire, stérile, sans couvercle.

La différence entre les formats Small Volume LoBase et HiBase est la hauteur de la microplaque (Small Volume HiBase=14,4mm / Small Volume LoBase=7,5mm) et la position des puits.

Les dessins techniques des deux plaques sont téléchargeables sur notre site web.

Réponse:

Non, nous n’avons pas de plaque 48 puits à fond en verre dans notre gamme de produits, mais les plaques à fond en verre suivantes (SensoplateTM) sont disponibles chez Greiner Bio-One GmbH :

Microplaques 24 puits à fond en verre 
Ref 662892 Microplaque 24 puits à fond en verre, avec couvercle et emballage individuel.
Ref 662896 Microplaque 24 puits à fond en verre, sans couvercle, en emballage individuel.

Microplaques 96 puits à fond en verre
Ref 655892 Microplaque 96 puits à fond en verre, avec couvercle, stérile et emballage individuel.
Ref 655896 Microplaque 96 puits à fond en verre, sans couvercle, stérile, en emballage individuel.

Microplaques 384 puits à fond en verre
Ref 781892 Microplaque 384 puits à fond en verre, avec couvercle, stérile et emballage individuel.
Ref 781896 Microplaque 384 puits à fond en verre, sans couvercle, stérile et emballage individuel.
Ref 781856 Microplaque 384 puits à fond en verre, extra LoBase, sans couvercle, stérile, en emballage individuel.

Microplaques 1536 puits à fond en verre 
Ref 783892 Microplaque 1536 puits à fond en verre, avec couvercle, stérile et emballage individuel.
Ref 783896 Microplaque 1536 puits à fond en verre, sans couvercle, stérile et emballage individuel.
Ref 783856 Microplaque 1536 puits à fond en verre, extra LoBase, sans couvercle, stérile, en emballage individuel.

Réponse:

Pour la 781182, le volume de travail recommandé est compris entre 10 et 130µl en fonction des besoins et applications du client.

Des informations detaillées sur les produits sont disponibles dans les fiches et dessins techniques disponibles sur notre site web dans la rubrique catalogue produits et sous la référence produit recherchée.

Réponse:

Ces produits sont stérilisés par des radiations ionisantes avec un niveau de stérilité de 10-3 (SAL, sterility assurance level). La validation de la dose d’irradiation répond aux normes EN552, ISO11137, ANSI/AAMI ST31/ST32.

Réponse:

Si la stérilité n’est pas nécessaire pour l’essai, alors les plaques non traitées moyenne fixation peuvent être utilisées.

Si l’essai doit se dérouler en condition stérile, une microplaque stérile doit être utilisée. 

Si aucune microplaque stérile spéciale n’est listée dans notre catalogue comme, par exemple, les microplaques noires et blanches à fond solide, nous recommandons d’utiliser les plaques haute fixation dont les traitements les rendent stériles.

Réponse:

 

Référence

Description

Material

Swinging bucket rotor [x g]

Fixed angled rotor [x g]

186 1xx

15 ml, round bottom

polystyrene

2.000

2.500

188 1xx

15 ml, conical bottom

polystyrene

2.500

4.500

188 2xx

15 ml, conical bottom

polypropylene

4.000

15.000

210 2xx

50 ml, conical bottom, with skirt

polypropylene

2.800

11.500

227 261,
-270

50 ml, conical bottom

polypropylene

3.200

17.000

227 281,
-285

50 ml, conical bottom

polypropylene

3.200

9.500

227 280,
-283
50 ml, conical bottompolypropylene3.2009.000

Remarque :

Les valeurs maximales indiquées RCF ne sont que des indications, car elles sont en fonction de divers facteurs tels que le rotor, la température, la densité, le pH et le type de liquide. Pour une application spécifique, avec centrifugation à haute vitesse, la résistance du tube doit être testée.

Réponse:

Les rollers en PET ne peuvent pas être expédiés par avion. Ils sont sensibles au changement de pression de l’air et peuvent imploser si la cabine a une baisse de pression. Les rollers en polystyrène peuvent être transportés par avion.

Réponse:

Greiner Bio-One propose différentes gammes pour la culture cellulaire :

1) Produits CELLSTAR® : ces produits peuvent être utilisés pour la culture de tissus et cellules de manière générale. Pour faciliter la culture de cellules adhérentes, un traitement physique breveté est appliqué sur la surface. Ces produits sont définis comme traités TC.

2) CELLCOAT® support Coaté avec des protéines : pour la culture de cellules sensibles ou pour des applications spécifiques, Greiner Bio-One propose une gamme de produits coatés avec des protéines. La surface de ces supports est coatée avec des protéines de la matrice extra-cellulaire ou des peptides synthétiques. Ci-dessous les différents coatings disponibles :

- Poly-D-Lysine 

- Poly-L-Lysine 

- Collagène I 

- Laminine 

- Fibronectine

Réponse:

Oui, la faible résistance de la membrane des inserts de culture ThinCert™ garantit une excellente performance pour la mesure de TEER.

Réponse:

Dans de nombreux cas, le meilleur résultat pour la culture organotypique a été obtenu avec les inserts de 0,4µm et 1µm.

Quelquefois, la porosité de 3µm a été utilisée avec succès.

Réponse:

En raison de leur faible absorption des protéines, les membranes en PET sont très bien adaptées à l’étude du transport. Pour ce type d’application, les pores de la membrane doivent être suffisamment petits pour empêcher le passage de cellules. Les inserts de culture ThinCertTM avec une porosité de 0,4 et 1,0 µm répondent à ce critère. En général, les membranes avec une haute densité de pores (translucide) donnent de meilleurs résultats que des membranes ayant une densité de pores faible (transparente).

Publications : 

Bartholomé K, Rius M, Letschert K, Keller D, Timmer J, Keppler D. Kopplow K, Letschert K, Konig J, Walter B, Keppler D. 

Data-Based Mathematical Modeling of Vectorial Transport across Double-Transfected Polarized Cells. 

Drug Metab Dispos. 2007 Sep;35(9):1476-81. 

Kopplow K, Letschert K, Konig J, Walter B, Keppler D.

Human hepatobiliary transport of organic anions analyzed by quadruple-transfected cells. 

Mol Pharmacol. 2005 Oct;68(4):1031-8. 

Epub 2005 Jul 26. 

 

Letschert K, Faulstich H, Keller D, Keppler D.

Molecular characterization and inhibition of amanitin uptake into human hepatocytes. 

Toxicol Sci. 2006 May;91(1):140-9. Epub 2006 Feb 22. 

 

Letschert K, Komatsu M, Hummel-Eisenbeiss J, Keppler D.

Vectorial transport of the peptide CCK-8 by double-transfected MDCKII cells stably expressing the organic anion transporter OATP1B3 (OATP8) and the export pump ABCC2. J Pharmacol Exp Ther. 2005 May;313(2):549-56. 

Epub 2005 Jan 21. 

 

Mettlen M, Platek A, Van Der Smissen P, Carpentier S, Amyere M, Lanzetti L, de Diesbach P, Tyteca D, Courtoy PJ. 

Src triggers circular ruffling and macropinocytosis at the apical surface of polarized MDCK cells. 

Traffic. 2006 May;7(5):589-603.

Réponse:

L’épaisseur des membranes des inserts de culture ThinCert™ dépend de la taille des pores intégrés. Elle est la suivante : 22,6 µm pour les pores de 0,4 µm, 22 µm pour les pores de 1,0 µm, 20 µm pour les pores de 3,0 µm et 15 µm pour les pores de 8,0 µm.

Réponse:

Les membranes transparentes ont une densité de pores plus faible que les membranes translucides. La densité de pores est responsable de cette différence optique. Les membranes transparentes sont optimisées pour la microscopie.

Réponse:
  • Le PET est bien reconnu comme support pour la culture cellulaire.
  • Le PET est hautement résistant à la plupart des solvants organiques. Lorsque l’on détache la membrane PET de l’insert, cette dernière ne se replie pas sur elle-même. Grâce à sa grande résistance chimique et ses propriétés anti-repliement, la membrane des inserts de culture ThinCert est parfaitement adaptée aux processus qui en découlent tels que l’immunohistochimie
  • Le PET présente une faible adsorption des protéines. Les inserts de culture ThinCert sont donc un excellent choix pour les études de transport et de l’absorption.
Réponse:

Les inserts de culture ThinCertTM sont composés d’une membrane pore capillaire en PET (polyéthylène téréphtalate).

Réponse:

La géométrie des inserts de culture cellulaire ThinCert™ garantit une distance entre la face inférieure de l'insert et le fond du puits, ce qui évite tout dommage des cellules dans le compartiment inférieur pendant les expériences de co-culture. En outre, les encoches de l'insert évitent tout contact indésirable entre l'insert et la paroi du puits.

Réponse:

La grande ouverture pour l'accès aux pipettes est située en face de l’ergot le plus large de l'insert de culture cellulaire.

Réponse:

La position excentrée des inserts de culture ThinCert™ fournit une grande ouverture pour l'accessibilité aux pipettes, permettant ainsi un échange facile du milieu de culture.

Réponse:

Les dimensions extérieures sont conformes aux normes ANSI pour rendre le flacon adapté pour une utilisation sur un large éventail de systèmes automatisés.

Réponse:

Poly-L et Poly-D-Lysine sont des énantiomères et se différencient par l'assemblage stérique des atomes de la molécule. Les deux revêtements améliorent l'adhérence des cellules in vitro. La poly-L-Lysine, contrairement à la poly-D-Lysine, est dégradable par les protéases cellulaires.

Réponse:

La référence 633180 est une boîte de Petri pour la bactériologie et ne convient pas pour la culture cellulaire. Comme cette boîte de Petri n'a pas une surface traitée, l'adhésion cellulaire n’est pas possible. En outre, les produits de culture cellulaire comme la référence 633171 sont stériles et sont régulièrement controlés pour la cytoxicité, l’absence de RNase, DNase et ADN humain et endotoxines.

Download PDF:  Quality Certificate

Réponse:

La référence 675098 peut être livrée avec un coating à la Poly-L-lysine ou Poly-D-lysine.

Le minimum de commande est de 32 pièces et le délai de livraison est d'environ 6 semaines.

Réponse:

Le polypropylène se distingue par une haute résistance aux températures élevées, une haute résistance mécanique et chimique.

Réponse:

Le polystyrène se distingue par une haute transparence. Par conséquent, il est adapté à toutes les applications où une bonne optique est essentielle.

Réponse:

Oui, nos boîtes de Petri pour bactériologie, comme la référence 663102 ou 664102, ne sont pas exemptes de pyrogènes. Nos boîtes de culture CELLSTAR® sont non-pyrogènes, par exemple, la référence 664160 (100 x 20 mm). Sur le site web ou dans le catalogue, nos produits non-pyrogènes sont marqués avec un signe. La limite de détection des pyrogènes est <= 0,06 UE / ml.

Réponse:

La boîte de Petri compartimentée permet de travailler avec différentes géloses dans une même boîte.

Réponse:

En raison de la résistance à la chaleur, la version lourde de la boîte de Petri est adaptée pour des applications avec de l'agar liquide chaud.

Réponse:

La durée de vie des boîtes de Petri est de 4 ans pour les versions traitées TC et 5 ans pour les boîtes de Petri stériles sans traitement. La date de péremption du produit est imprimée sur l'étiquette extérieure du carton (sablier) et est également située, pour les produits de culture cellulaire, sur le sac de chaque produit.

Réponse:

Oui, le polystyrène à paroi mince est perméable au gaz.

Réponse:

La gamme spectrale des cuves semi-micro et macro fabriquées à partir de polystyrol est de 370 à 750 nm.

Réponse:

Le culot à baïonnette peut être ouvert par une courte rotation (1/3) du bouchon, tandis que le bouchon à vis peut être ouvert par un simple tour.

Réponse:

Le bouchon ventillé à deux positions remplit deux fonctions :

1. Fixé légèrement, il permet une ventilation uniforme du contenu du tube.

2. Lorsqu’il est attaché fermement en appuyant sur le bouchon, il garantit une fermeture étanche à l’air.

Réponse:

La graduation des tubes 15 ml (177xxx) et 50 ml de polypropylène est précise avec une plage de tolérance de +/- 2%.

Réponse:

Non, le polystyrène est résistant à des températures comprises entre -20 °C et +60 °C. Les produits en polystyrène risqueraient de se déformer en raison de la température élevée (120 °C) pendant le processus d'autoclavage.

Réponse:

 Oui, les tubes en polycarbonate suivant sont disponibles :

 

 
Référence
Dimension Volume Additional Feature
160 501 16,0 x 100 mm 12 ml  round bottom
172 501 16,5 x 103 mm 13 ml  conical bottom
169 501 16,0 x 152 mm 20 ml  round bottom
Réponse:

Les forces de centrifugation maximales dépendent du type de rotor et sont spécifiées comme suit :

 

 
Description
Référence max. RCF Fixed Angle Rotor [g] max. RCF Swinging Bucket Rotor [g]
15ml PP tube 188xxx 15.000 4.000
50ml PP tube 210xxx 11.500 2.800
50ml PP tube 227xxx 9.500 3.200
Réponse:

Greiner Bio-One ne propose pas un rack spécial pour l'article 187262. Il est recommandé d'utiliser un rack standard de tube pour ce produit.

Réponse:

Tous les laboratoires qui manipulent des agents biologiques et des matériaux potentiellement dangereux et produisent des déchets contenant de tels agents, sont responsables de la séparation, de l'emballage et du traitement de leurs déchets de laboratoire avant leur enlèvement et élimination.


Greiner Bio-One, en tant que fournisseur d'articles en plastique jetable, ne peut pas indiquer le type élimination approprié de ce dernier, car cela dépend de l’utlisation du client et des réglementations spécifiques du pays. Tous les produits jetables en plastique Greiner sont à usage unique et ne peuvent pas être recyclés.

Vous trouverez ci-dessous les recommandations universelles pour l'élimination des déchets biologiques

 

     

  • liquides tels que les milieux de culture usagés, surnageant, sang ou fractions de sang (sérum), etc., qui contiennent des agents biologiques viables;
  • matériaux considérés pathologiques, tels que toutes les parties du corps humain, tissus et fluides corporels, mais à l'exclusion des fluides extraits des dents, des cheveux, des ongles et autres parties non infectieuses;
  • toute partie d'un animal infecté [ou soupçonné d'être infecté] avec une maladie transmissible;
  • déchets solides non tranchants (plastique vide des flacons de culture cellulaire et des boîtes de Petri, tubes vides en plastique, gants, emballages, tissus absorbants, etc.) pouvant être ou étant contaminés par des agents biologiques viables;
  • tous les articles pointus et tranchants utilisés dans les soins médicaux, de diagnostic et de recherche, y compris la manipulation et les soins des animaux de laboratoire, et qui peuvent être considérés comme potentiellement infectieux;
  • verrerie de laboratoire pouvant être suspectée d'être contaminée par des agents biologiques dangereux.

En plus des conditions générales d'emballage, des exigences spécifiques pour les déchets biologiques doivent être suivies :

a) Liquides contenant des agents biologiques dangereux

     

  • Recueillir des liquides dans des récipients étanches, tels que des flacons ou bouteilles.
  • Les récipients de déchets liquides doivent être compatibles et stérilisés avec un autoclave à chaleur humide. Afin de permettre une égalisation de pression, ils ne doivent pas être fermés.

b) Solides contenant des agents biologiques dangereux

     

  • Déchets solides non tranchants (plastique vide des flacons de culture cellulaire et des boîtes de Petri, tubes vides en plastique, gants, emballages, tissus absorbants, etc.) pouvant être ou étant contaminés par des agents biologiques viables, doivent être collectés dans des sacs autoclavables. 

c) Désinfection et stérilisation

     

  • L’autoclavage (stérilisation à la vapeur) est le procédé de stérilisation préféré des déchets biologiques (et généralement considéré comme le plus fiable). En fonction du volume de déchets à stériliser, il peut être nécessaire de prolonger la durée d’autoclavage.
  • La stérilisation à la vapeur humide n’est généralement pas recommandée pour les déchets de laboratoire contaminés par une combinaison d'agents biologiques viables et des matières radioactives ou chimiques dangereuses.  
  • Les récipients de déchets liquides doivent être placés dans un bac autoclavable de capacité suffisante pour contenir tout le liquide en cas de rupture d’un récipient à l'intérieur de la chambre de l'autoclave. Manipuler avec une extrême prudence les récipients autoclavés car ils sont chauds et peuvent déborder.
  • Les sacs autoclavables de déchets solides doivent être fermés mais pas de manière étanche afin que la vapeur chaude pénètre lors de l’autoclavage.
Réponse:

La vitesse maximum de centrifugation du tube PP ref 187261 est :

  • Rotor à angle variable max. 4800 RCF (relative centrifuge force)
  • Rotor a angle fixe max. 34000 RCF
Réponse:

Cette référence n’est pas perméable aux UV. Pour stocker des échantillons sensibles à la lumière et aux UV, Greiner Bio-One propose des « Tubes Ambrés ».

Réponse:

Il n’est pas recommandé d’utiliser les plaques traitées culture cellulaire (microplaque traitée TC/microplaque CELLSTAR) pour travailler la méthode ELISA. Le traitement cellulaire (traitement TC) génère de nombreuse charge en surface avec une forte afinité pour tout type de proteine polaire.
De plus les fixations non spécifiques sur des microplaques pour culture cellulaire est dificile a contrôler. En outre, la capacité de nos produits immunologiques (MICROLON®) pour fixer les protéines fiables et reproductibles est constamment vérifiée dans notre laboratoire d'assurance de la qualité au moyen d'ELISA .

Réponse:

Les surfaces en polystyrène haute fixation sont rendues hydrophiles en appliquant un traitement physique. Elles présentent une forte capacité de fixation des molécules polaires.
Les surfaces en polystyrène moyenne fixation sont plus hydrophobes que les surfaces haute fixation et donc mieux adaptées aux molécules non polaires.

Réponse:

Greiner Bio-One propose des microplaques avec 2 types de formats de puits à fond plat (F) : puits standard à fond F et puits cheminée à fond F. Les demi-puits ont un fond F mais avec une taille de puits plus petit, réduisant ainsi le volume d’échantillon d’environ 50%.

Puits standard fond F :
-Volume total : 382µl
-Volume de travail : 25-340µl

Puits cheminée fond F :
-Volume total :392µl
-Volume de travail :25-340µl

Demi-puits fond F :
-Volume total : 199µl
-Volume de travail :15-175µl

Réponse:

LUMITRAC™ correspond aux microplaques blanches.
FLUOTRAC™ correspond aux microplaques noires.
Comme le test a été développé dans des plaques blanches avec un taux de fixation élévé (LumiTrac™ 600, 96 puits) notre recommandation serait de passer aux microplaques 384 puits blanches LUMITRAC™. Nous vous recommandons la plaque LUMITRAC™ 600 de référence 781074 qui est une microplaque 384 puits, haute fixation.

Réponse:

Nos tubes sont classés comme IVD. L’ensemble des dispositifs est à usage unique.

Réponse:

Pas plus d’une minute. La tenue du garrot pendant plus d'une minute peut conduire à des changements dans la concentration de protéines lors de la coagulation dans le plasma, ainsi que l'activation des plaquettes qui peut fausser les résultats.

Réponse:

Le citrate de sodium est l'anticoagulant standard utilisé pour les tubes de coagulation. La concentration est soit de 0,109 mol / l (3,2%) soit de 0,129 mol / l (3,8%).

Réponse:
  • Plasma riche en plaquettes pour les analyses de coagulation. Ces deux matrices de test ne peuvent pas être congelées
  • Plasma pauvre en plaquettes pour les analyses d’hémostase pour une congélation de l’échantillon, une double centrifugation est nécessaire (GEHT).
  • Plasma sans plaquettes à la même application qu’un plasma pauvre en plaquette. L’absence de thrombocyte permet de congeler le contenu de l’échantillon.
Réponse:

En plus de la solution de citrate tamponnée, le tube VACUETTE® CTAD contient de la théophylline, adénosine et de la dipyridamole.

Réponse:

9NC est le code pour les tubes de coagulation avec citrate de sodium. Il signifie 1 volume de citrate de sodium pour 9 volume de sang.

Réponse:

Le prélèvement avec un tube CTAD est recommandé pour les analyses qui nécessitent d'éviter la libération des facteurs plaquettaires entre le moment du prélèvement et l’analyse.

Réponse:

Le tube extérieur est en PET (polyéthylène téréphtalate), un plastique qui est optimal pour le maintien du vide. Le tube interne est fabriqué en PP (polypropylène), il a pour fonction d'empêcher l'évaporation de liquides. Ainsi, le volume de citrate de sodium reste constant.
Il y a une surface d’activation minimale dans le tube double paroi VACUETTE® car le tube interne est en PP. Cette matière est la plus appropriée connue pour les tests de coagulation.

Réponse:

Oui, le tube citrate de sodium peut être utilisé pour une numération précise des plaquettes, s’il y a présence d’agrégat plaquettaire dans le tube EDTA. Le nombre de plaquettes doit être multiplié par 1,1 en raison de la dilution du volume de sang avec l’additif liquide du tube citrate.

Réponse:

Les échantillons hemolysés ne doivent pas être analysés, car ils pourraient activer des facteurs de coagulation. Un échantillon lipémique ou ictérique pourrait interférer avec les systèmes optiques des automates et fausser les résultats de coagulation de l’échantillon.

Réponse:

Il y a eu récemment des articles indiquant que le prélèvement d’un tube de purge n’était pas nécessaire avec le prélèvement d’un tube citrate de sodium. Dans le document traitant de la coagulation du CLSI (H21-A5), il est toujours recommandé de prélever le tube citrate en deuxième position. Cependant, dans la directive du CLSI concernant le prélevement sanguin (H3-A6) il est dit que pour le TP de routine et le TCA, le tube citrate peut être prelevé en premier. Il est important de souligner que le tube de purge doit être prélevé en premier lors d’un ponction veineuse avec une unité de prélèvement. En effet, la tubulure contient 0,5 ml d’air qui sera introduit dans le tube, et donc faussera le volume sanguin optimal.

Réponse:

Les tubes Greiner Bio-One doivent être stockés entre 4 et 25°C.

Réponse:

Les tubes VACUETTE® sont irradiés pour leur conférer une stérilité. Ces tubes sont stériles à l’intérieur seulement. On ne recommande pas de re-stériliser les tubes, principalement en raison des changements de pression génerés au cours du cycle de re-stérilisation. Nos tubes ont une pression négative spécifique. La modification de celle-ci peut empêcher le remplissage.

Réponse:

Non, Greiner Bio-One ne déclare pas ses tubes exempts d’endotoxine.

Réponse:
Type de tubeAccéleration (g)Temps (min)
VACUETTE® Serum Tubes / avec gel séparateur / avec billes1800 - 2200 g10-15
VACUETTE® EDTA Tubes / avec séparateur1800 - 2200 g10-15
VACUETTE® tube héparine / avec gel sérapateur1800 - 2200 g10-15
VACUETTE® Tubes fluorure1800 - 2200 g10-15
VACUETTE® tubes homocystéine2000 - 2200 g10
VACUETTE® tube hémostase
- Plasma riche en plaquette (PRP)150 g5
- Plasma pauvre en plaquette (PPP)1500 - 2000 g10
- Plasma sans plaquette  (PFP)2500 - 3000 g20
Réponse:

Les tubes de prélèvement sanguin VACUETTE®  simple paroi sont fabriqués à partir d’une formulation spécifique de plastique polyéthylène téréphtalate (PET). Cette formulation spécifique est extrêmement solide, indéformable et résistante aux produits chimiques et à la rupture. Cette fabriquation leur confère une résistance 95 kPa.

Réponse:

La date d’expiration indique la durée de vie du produit, elle est déterminée par des tests fonctionnels. Pour un remplissage et une fiabilité optimun, les tubes ne doivent pas être utilisés après leur date de péremption.

La date de péremption (le dernier jour du mois) est indiquée sur l’étiquette de chaque tube et sur l’emballage.

Réponse:

Oui, l’intérieur des tubes de prélèvement sanguin VACUETTE® est stérile.

Réponse:

Les conditions de centrifugation de ce tube sont 1800-2200g pendant 10-15 minutes. Notez que les centrifugeuses ont besoin de temps pour atteindre les 2200g. Le temps d’accélération est en sus des 10-15 minutes de centrifugation. La qualité du sérum est meilleure entre 20-22°C. Une centrifugation à température réfrigérée (4°C) peut engendrer une migration nulle ou partielle du gel séparateur. Lorsque les tubes sont stockés dans des conditions réfrigérées, ils doivent revenir à température ambiante avant tout prélèvement sanguin.

Réponse:

Oui, les plaques UVstar de Greiner (ref 655801, 675801, 781801) sont compatibles avec le lecteur Varioskan car elles ont une géométrie conforme au standard ANSI/SBS (American National Standard institute). Pour la définition de nouveaux paramètres, les dimensions exactes sont disponibles sur le dessin technique de chaque référence téléchargeable sur notre site web www.gbo.com/bioscience

Réponse:

Pour les microplaques µclear 96 et 384 puits, l’épaisseur est de 190µm +/-10%.

Pour les microplaques µclear 1536 puits, l’épaisseur est de 75µm +/-10%.

Pour les microplaques UVstar, l’épaisseur est généralement de 135µm +/-10%.

Réponse:

La ref 675098 peut être livrée avec un coating à la Poly-L-lysine ou Poly-D-lysine.

Le montant minimum de commande est de 32 pièces, le délai de livraison est d'environ 6 semaines.